Aller au contenu principal
© Ans Brys (voor restauratie)

Un œil pour la qualité

Fritz Mayer van den Bergh n’est pas n’importe quel collectionneur. Car si d’autres ont recours à des experts avant de faire une acquisition, Fritz lui est sollicité pour son expertise. À la manière d’un scientifique, il s’intéresse à diverses disciplines artistiques de diverses périodes, souvent à contre-courant de l’esprit de son temps. C’est grâce à ce flair particulier qu’il découvre la sublime toile de Pierre Breughel l’Ancien Margot l’Enragée. Il achète cette pièce maîtresse pour seulement 488 francs belges, à un moment où personne ne s’intéresse à une œuvre aussi bizarre. Il va devoir payer beaucoup plus pour le vitrail.

Le vitrail appartient à la collection Micheli. Carlo Micheli est mouleur, mais il ne se contente pas de faire des plâtres d’œuvres d’art, il est aussi collectionneur d’art. Il a le même flair pour les pièces de qualité que Fritz. Sa collection, qui porte surtout sur les sculptures médiévales de petit format, vaut une petite fortune à sa mort. Des musées comme le Louvre et le Rijksmuseum sont très intéressés par certaines de ses pièces, mais Fritz leur rafle toute la collection sous le nez. Son acquisition ne sera pas sans problèmes car il doit verser la coquette somme de 144.000 francs belges, une fortune à l’époque !

Il paye lui-même une partie de la somme mais doit aussi contracter un emprunt à la banque. Sa mère Henriëtte, son ange gardien, finance le reste. Les 451 lots arrivent emballés dans 26 caisses étiquetées ‘sans valeur artistique’ et passent ainsi la douane française. Fritz vend ultérieurement une partie de la collection Micheli mais le vitrail reste à Anvers, ce qui lui vaut de figurer aujourd’hui sur la Liste des Chefs-d’œuvre Flamands.